Combler le fossé entre théorie et pratique du développement durable grâce à des projets pilotes

En réponse à l’invitation du Conseil fédéral fin 2020, sanu durabilitas a rédigé une prise de position sur le projet de nouvelle Stratégie pour le développement durable 2030. Nous saluons la perspective à plus long terme adoptée par cette stratégie. Toutefois, le projet ne contient pas de mesures concrètes visant à combler le fossé entre théorie et pratique, c’est-à-dire sur comment les connaissances issues de la recherche, de la formation et de l’innovation pourraient être mises en œuvre. À cet égard, les éléments du projet restent trop généraux et des instruments et ressources financières appropriés manquent pour le transfert de connaissance vers la mise en œuvre. 

Désormais conçue pour dix ans au lieu de quatre jusqu’à présent, la Stratégie tente de fixer des priorités plutôt que de couvrir l’ensemble des sous-domaines de la durabilité en même temps. Il s’agit d’une évolution positive. Restent néanmoins des lacunes sur le plan du contenu, à propos en particulier des mesures pour combler le fossé entre théorie et pratique pour plus de durabilité en Suisse. Lors de la présentation du livre blanc « Thèmes prioritaires pour la recherche en développement durable », le Président de l’EPFZ Michel Hengartner a demandé que davantage de projets pilotes soient rendus possibles afin que des solutions basées sur la science puissent être expérimentées plus rapidement en pratique. Nous partageons ce point de vue qui nous semble déterminant pour la transition de la Suisse vers la durabilité. Des mesures concrètes pour promouvoir le transfert de connaissances et la mise en œuvre de projets pilotes devraient donc être intégrées dans la Stratégie et devenir une priorité. L’un des facteurs de réussite consiste donc à développer et à promouvoir de nouvelles formes de coopération et des partenariats entre les acteurs de la science, les entreprises, les acteurs publics et la société civile.  

En ce qui concerne les thèmes prioritaires, sanu durabilitas a identifié les lacunes suivantes :

  • S’agissant du thème prioritaire « Consommation et production durables », il convient de mettre davantage l’accent sur la nécessité de fermer et ralentir les cycles de matières. Cet objectif ne peut être atteint uniquement par des mesures d’information aux consommateurs. D’autres approches visant à promouvoir entre autres la réutilisation, la réparation, le partage, la conception durables des objets, etc. doivent également être intégrées. 
  • S’agissant du thème prioritaire « Climat, énergie, biodiversité », l’urgence d’une approche durable de la ressource non renouvelable qu’est le sol n’est pas suffisamment exprimée. Dans ce domaine, la Suisse n’est pas sur la voie de la durabilité. En outre, la stratégie devrait mieux intégrer les éléments transversaux avec le thème prioritaire « Consommation et production durables », car ces modes de consommation et production ont un impact majeur sur les émissions de gaz à effet de serre et la biodiversité.
  • Le thème prioritaire « Égalité des chances » se concentre sur des aspects importants de la durabilité tels que la promotion d’un accès à un logement adéquat pour tous les groupes de la population. Toutefois, il convient d’accorder une attention toute particulière au défi consistant à créer à l’avenir des logements qui favorisent la coexistence des différentes générations. Outre l’aménagement du territoire, il est nécessaire de prendre en compte le niveau d’aménagement des quartiers et la création de possibilités de participation pour tous les groupes de la population. 

> Retrouvez nos commentaires et propositions détaillées ici. (pdf, en allemand et en en français)